Err

  •  
  •  
Le blog de votre correcteur professionnel
Rechercher   Retour aux billets

Chercher un éditeur : l'épreuve de la lettre de refus

Chercher un éditeur : l'épreuve de la lettre de refus

Sur les très nombreux manuscrits envoyés par des écrivains novices aux maisons d’édition, bien peu décrocheront le Graal : la réponse enthousiaste des éditeurs. « Dire non est leur métier, aujourd'hui plus que jamais », affirme même Delphine Peras, de L’Express. D’ailleurs, de nombreux écrivains, parmi lesquels des auteurs de best-sellers et quelques prix Goncourt, ont eu à subir l’épreuve de la lettre de refus.

Celle-ci est le plus souvent standard, et sous-entend, en général, que le manuscrit a été estimé assez (voire très) faible. À défaut d’une réponse favorable, recevoir une lettre « personnalisée », circonstanciée, est donc la preuve que son manuscrit a suscité un certain intérêt. « Une lettre détaillée est […] un gage d’estime », dit même Marie Desmeures, éditrice chez Actes Sud.

Pourtant, la lettre argumentée peut aller de la bienveillance de certains éditeurs pour qui « Un manuscrit est un cœur posé sur une table qu’il faut traiter avec délicatesse » au mépris cassant et assumé d’autres. L’auteur rejeté pourra s’en trouver parfois blessé durablement. À savoir donc : la quête de l’éditeur par l'aspirant écrivain est parfois bien douloureuse.

À lire : « Édition : les lettres de refus, entre casse-tête et cauchemar » par Delphine Peras, L’Express (https://www.lexpress.fr/culture/livre/manuscrits-et-editeurs-50-nuances-de-non_2055110.html)





     
Publié le  25 jan. 2019 14:51 dans Être publié  -  Lien permanent

Commentaires

Aucun commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.
Votre nom et votre adresse e-mail sont obligatoires. Votre adresse e-mail ne sera pas affichée avec le commentaire.
Votre commentaire
Votre nom *
Votre e-mail *
URL de votre site